« As-tu écrit pour remercier les Frolipson pour ce qu’ils nous ont envoyé ? demanda Egbert.

Non, dit Janetta avec une note d’exaspération dans la voix. J’ai bien dû écrire aujourd’hui une bonne douzaine de lettres de remerciement pour tout un tas de cadeaux parfaitement immérités, mais je n’ai pas encore écrit aux Frolipson… ». 

Pour lire la nouvelle, cliquez sur le lien : saki a bas les plumes

En ces temps post-étrennes, le regard acéré et ironique de Saki sur les « obligations épistolaires ». Cette nouvelle est extraite du recueil de ses nouvelles complètes publié par l’Age d’Homme en 2003