« En revenant, je remarquai un restaurant dont les prix affichés sur une pancarte, en regard de photos de plats appétissants, me parurent abordables. » 

Pour lire la nouvelle, cliquez sur le lien : chateaureynaud mangeurs et décharnés

Un récit tout à fait original, onirique et poétique, à l’image des autres nouvelles du recueil Le goût de l’ombre, de Georges-Olivier Chateaureynaud (Grasset, 2016). Né en 1947 à Paris, il a notamment obtenu le prix Renaudot en 1982 pour La faculté des songes et la bourse Goncourt de la nouvelle en 2005 pour Singe savant tabassé par deux clowns. Un auteur à découvrir.