« T moins 200 jours. Le compte à rebours commence…

Ils étaient un peu freaks à mon goût mais faut ce qu’y faut : pour le rock, être freak est un atout maître, et si le Mandala devait survivre à Los Angeles en face d’une boite comme le Rêve Américain qui appartient à une chaîne de télé, je n’avais plus qu’à me boucher le nez et être plus défoncé que le concurrent. Aussi, après avoir cuisiné les Quatre Cavaliers pendant près d’une heure, je les avaient emmené dans mon bureau pour causer galette... ». 

Pour lire la nouvelle, cliquez sur le lien : spinrad le grand flash

Né en 1940 à New York, Norman Spinrad est depuis les années soixante l’un des plus représentatifs et l’un des plus originaux des auteurs de la nouvelle vague américaine en matière de SF. Iconoclaste, contestataire, apôtre ambigu des hallucinogènes, il manie également l’humour. Cette nouvelle a été écrite en 1973 et il faut juste espérer que l’auteur n’a pas été visionnaire, dans cette actualité où le risque nucléaire revient sur le devant de la scène. Elle est extraite d’une compilation en livre de poche consacrée à l’auteur dans la collection le Livre d’or de la science-fiction (Presses-Pocket 1978).