«  Tom King, peu bavard de nature, demeurait près de la fenêtre dans un silence morne et regardait ses mains. Il contemplait les veines qui saillaient, grosses et gonflées, et les jointures démolies, déformées, qui attestaient la besogne accomplie. Il ignorait le dicton selon lequel un homme a l’âge de ses artères, mais, il comprenait bien le sens de ces grosses veines en relief…   »

Pour lire la nouvelle, cliquez sur le lien : jack london un bon bifteck

La vieillesse est une notion relative, les sportifs le savent bien. En quarante ans, Jack London (1876-1916) a vécu plusieurs vies et écrit près de 200 nouvelles. La boxe était son sport favori, il a régulièrement couvert des combats comme journaliste spécialisé et a assidument pratiqué le noble art. Cette nouvelle est écrite en 1909 est extraite du recueil Quand Dieu ricane (Phebus Libretto, 2005).